Wikileaks : "tentez de nous abattre, nous reviendrons plus forts"

Publié le par Neige

 

 

Julian Assange petit

   Julian Assange, porte-parole de Wikileaks

(Image Wikimédia Commons)

 

 

 

 

Quand j'entends Eric Besson dire qu'il souhaite expulser Wikileaks de France, je me dis qu'il aurait plus de chances de réussir s'il décidait un beau matin d'interdire à l'herbe d'être verte... ou plus précisément : s'il ordonnait à un tsunami de faire demi-tour.

 

 

Il s'ouvre désormais des centaines de miroirs, en temps réel... le blogueur bluetouff en tient une liste :

http://bluetouff.com/2010/12/03/acceder-a-wikileaks/

 

Un système de "miroirs dynamiques" est en train de se mettre en place :

http://wikileaks.indymedia.org/mass-mirror.html

 

Au contraire des premiers miroirs, qui sont une copie du site à un instant T, ils seront actualisés en temps réel par Wikileaks. Vous pouvez d'ores et déjà consulter la liste sur la page "Mirrors" de Wikileaks, sur les sites correctement mis à jour. Ici, par exemple :

http://wikileaks.indymedia.org/mirrors.html

 

Paypal n'était absolument pas indispensable au système de dons, qui peut passer par d'autres opérateurs, sans parler de la possibilité de virements directs (voir la page "Support" sur Wikileaks).

 

Paradoxalement, rien des actuelles révélations de Wikileaks ne semble être de nature à remettre en cause "l'ordre établi". Du moins, pour ceux d'entre nous qui n'étaient pas dupes du Storytelling et qui n'ont jamais cru ni aux "frappes chirurgicales" ni aux "commandos Marines défenseurs de la Démocratie". Par contre, pour ceux qui ont mouillé dedans, c'est une autre histoire. Aussi, tentent-ils d'arrêter la marée qui menace de tout submerger, en oubliant au passage les règles qui régissent les Etats de Droit, en particulier en matière de liberté d'expression. Edifiant.

 

Leur peur est un signe qui ne trompe pas : cette irruption brutale de la réalité dans le grand théâtre du mensonge est porteur de l'ultime menace, celle qui mettrait à bas tout le système en permettant à chacun d'examiner la pourriture des rouages et de savoir où, exactement, frapper pour faire écrouler l'ensemble. Nous venons d'entrer dans une nouvelle ère, celle où la peur change de camp. 

 

Et il paraît assez clair que les prochaines révélations, qui vont concerner Wall Street et la Bank of America sont "le grand coup" que préparent Assange et ses amis... Money Week fait ici, rapidement, le tour du problème - et conseille à ses lecteurs... de quitter le Titanic au plus vite. Bonne précaution, mais il n'est pas sûre qu'elle suffise. Parce qu'autour du Titanic, il n'y a plus rien, qu'une immensité glacée où dérivent des icebergs.

 

 

Wikileaks : La dénonciation du « règne de la corruption » fait trembler Wall Street

Le début d’année 2011 risque d’être fracassant outre-Atlantique : Julian Assange, le créateur du site Wikileaks, spécialisé dans la fuite d’informations, a promis de publier des documents compromettants sur les pratiques d’«une grande banque américaine».

Interviewé dans le magazine Forbes, l’Australien garantit des répercussions dignes de l’après-affaire Enron. Le Journal des finances relate certains de ses propos : « L’onde de choc sera la même. Des violations de la loi, des pratiques contraires à l’éthique vont être divulguées mais également le fonctionnement des structures internes de décisions et l’ethos des dirigeants des banques… et cela a une incroyable valeur ».

 

Intégrale de l'article :

http://www.moneyweek.fr/20101242965/actualites/actu-economie/assange-wikileaks-banques/

 

 

 

Il vaut mieux le savoir : Internet réagit comme un organisme vivant. Si nos gouvernants avaient été compétents et capables de prospective, ils auraient évité de se mettre à dos des millions d'informaticiens, de geeks, de nerds et de simples citoyens-internautes avec des fanfaronnades comme l'annonce d'ACTA. Fort heureusement pour nous, ils ne le sont pas. Mon petit doigt me dit que le spectacle va être grandiose.

 

 

EDITION vendredi 11 mars 2011

Finalement, Wikileaks n'a encore rien révélé sur les banques (alors même qu'il détient des données non encore publiées sur le sujet). C'est autre chose qui s'est passé: la fuite est devenue générale. Partout des citoyens échangent des infos en direct - et des documents accablants pour les voyous qui tiennent la planète sont régulièrement disponibles sur de nombreux sites.

Dernière réjouissance en date : l'ouverture de www.frenchleaks.fr par Médiapart.

Le pouvoir a changé de camp, même si 99% des gens n'ont pas les moyens de s'en rendre compte actuellement ; cette maturation cachée est parfois déprimante mais en mettant tous les éléments en perspective, le sens de l'Histoire est clair. La seule inconnue c'est : combien de temps avant le basculement et quelle forme prendra-t-il ? Croisons les doigts.

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article